Pétrole, pétrole...

Publié le par Bob

Le prix du gazole

    Pendant combien de temps allons-nous subir la dictature de l'économie pétrolière ?

    Les marins-pêcheurs viennent d'arrêter leurs mouvements de grèves (sauf, à St-Brieuc et dans le sud-ouest) mais pour combien de temps ? D'autant que la grogne gagne l'Europe, en Espagne, en Italie et au Portugal, des grèves illimitées ont débutées et sont très suivies.

    Maintenant, on en remet une couche dans la continuité. Les agriculteurs bloquent les dépôts pétroliers, sept sites ont été occupés en Rhône-Alpes, en Bourgogne et en Haute-Garonne. Les agriculteurs réclament un gazole à 0,40 centimes d'€uros.

    Les routiers font des opérations escargots sur les routes (notamment, les grands axes). Ce n'est pas les premières et il y en aura d'autres. Si on ajoute que la France est le seul pays à faire payer la taxe professionnelle sur le matériel roulant, ce qui n'est pas le cas des autres pays d'Europe. Les transporteurs routiers réclament un gazole à 0,98 centimes d'€uros.

    Pour la taxe professionnelle, elle n'est pas calculée sur le matériel roulant mais sur les machines outils. Les camions et les tracteurs sont des machines outils. Quelques soit le matériel que l'on achète, dès qu'il y a immobilisation (avec amortissement), la taxe professionnelle est due. Ce qui pénalise toute les entreprises sans exception (c'est là qu'il faire quelques choses car mêmes les entreprises n'utilisant de carburants par nécessité, sont également pénalisée). Cette taxe est calculée sur le nombre d'employé, sur la surface d'exploitation et sur les immobilisations (machines outils). Faut préciser, également, que la France est le seul pays à faire payer un impôt sur un impôt déjà payé (la CSG imposable).

    Ajoutons pour la beauté du geste, les ambulanciers qui agissent en ordre dispersé. Qui se sont fait verbalisés (Vesoul, après la mise en place d'un barrage filtrant, ils sont partis déjeuné en laissant leurs véhicules sur place. Les policiers ont verbalisés toutes les ambulances "mal garées"). Pas malin, d'avoir laissé les véhicules sans personnes pour assurer la sécurité du barrage. On prend des sous où on peut.

    Que manque-t-il ? Les taxis, qui n'ont pas encore grogné contre le prix du gazole mais contre les taxis clandestins, les sociétés de transports collectifs privés, les particuliers qui n'ont pas accès au transports en communs (ou difficilement), les artisans de toutes professions qui ont, impérativement, besoin de véhicules, et j'en passe...

    Ce qui m'interpelle, c'est le désordre des revendications et la dispersions des revendicateurs (dont je fais parti, en tant que consommateur (ou Con-Sot-Mateur)). Le mieux serai tout le monde se mettent d'accord pour une action générale et non des actions dispersées, chacun dans son coin. Une grève général illimité, tout secteur d'activité, le même jour et partout. Car c'est bien connu, il faut diviser pour mieux régner.

    Harmoniser le prix des carburants pour tout les professionnels, ne plus indexer le prix du gaz sur le pétrole car cela n'a rien à voir, revoir le mode de calcul de taxe professionnelle, ne plus ré-imputer la CSG dans les impôts sur le revenu, etc... Mais si chacun fait son petit truc dans coin, on n'arrivera à rien. Pendant se temps, Monsieur Fillon nous annonce une hausse de la croissance mais celle du CAC 40, en nous disant que "Tout va bien Madame la Marquise" alors que "C'est le bordel, mon Colonel".

Bob.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Souleymane DIEYE 01/06/2008 18:36

J'ai constaté lors de déplacements à Rio de Janeiro que beaucoup de véhicules utilisent l'alcool à la place de l'essence. Il faut vraiment une solution de rechange moins traumatisant que le pétrole!

Bob 01/06/2008 18:49


Oui, et de plus en plus , on essaye de faire la place aux bio-carburants mais là encore une question se pose. Pour obtenir autant d'équivalent pétrole, doit-on restreindre les cultures alimentaires
?
En sachant qu'il y a pas que l'économie qui se mondialise mais aussi la misère et la faim.
C'est un cercle vicieux dans lequel les puissance économique, comme la France, entraîne les pays pauvres à plus de pauvreté.

Sur le principe, tu as raison. Les bio-carburants peuvent apporter une réponses et sont moins polluants.


Souleymane DIEYE 31/05/2008 17:20

J'avoue que ça fait peur. Après la guerre des six jours, les pays producteurs de pétrole avaient utilisé l'or noir comme arme économique, asphyxiant beaucoup de pays. Aujourd'hui, personne ne comprend leurs motivations! Bonne continuation, ce site est utile.

Bob 31/05/2008 18:05


En effet Souleymane, on comprend difficilement leurs motivations. Mais il faut prendre en considération que les pays producteurs de pétrole se posent des questions à l'égard des énergies dites
"renouvellables". De fait, ils essayent d'engranger un maximum de bénéfices tant qu'ils le peuvent. De plus, les compagnies pétrolières font pression pour développer cette escalade car c'est
rentable. Surtout si dans l'autre sens, elles font également pression pour que l'on continue d'utiliser les énergie dites "fossiles" (pétroles, charbons et gaz...) et ce le plus longtemps
possibles.
De l'autre coté, les consommateurs désirent d'autres énergies plus propres et moins chers. Sachant que le pétrole n'est pas éternel, à qui profite l'inflation du pétrole ?

Amitiés.


Nextw@y 31/05/2008 15:05

Excellent articles que je cautionne complétement !

J'ai fait un billet sur le prix du pétrole dans le monde :
http://22h40.blogspot.com/2008/05/22h40-lor-noir.html

Très bon site, Bravo encore !

Amitiés !

Bob 31/05/2008 16:39


Salut et merci,

J'ai effectivement constater les différences de prix dans ton article. C'est aberrant, cette différence. A qui cela profite ?

Amitiés.