La vraie France

Publié le par Bob

La vraie France, c'est celle d'aujourd'hui

    Bravo, pour une fois, je suis d'accord sur le principe de rendre hommage à celles et ceux qui ont risqués leurs vies, et pour beaucoup perdues, pour délivrer l'Europe du régime nazi.

    Louer la résistance, le commando Kieffer et bien d'autres. Dénoncer la collaboration, la livraison d'êtres humains à la déportation et la lâcheté des gouvernants français de l'époque. De rappeler les dizaines de milliers de soldats et de résistants décédés pendant cette triste période, sans compter les victimes civiles car il y en a toujours.

Bravo Monsieur le président, quel courage face à l'adversité du passé.

    Maintenant, je me pose la question sur le paradoxe du courage du passé et celui de l'actualité. En effet, "la vraie France n'est-elle pas celle d'aujourd'hui ?". Car le paradoxe se retrouve étrangement dans le parallèle du passé et du présent.

La vraie France, Monsieur le Président, n'est-elle pas...

    Celle qui ferme les yeux sur la dictature fasciste chinoise, celle qui fait semblant des s'intéresser au peuple tibétain pour protéger ses contrats commerciaux, et celle qui fait croire que la liberté de la presse n'est pas bafouée, surtout de la part de certains médias qui ont signés de contrats de retransmissions des J.O. 2008. Retransmissions que je boycotterai, je ne suis pas bétail économico-publicitaire. Je suis d'abord un être humain qui respecte les autres.

Va t'ont demander aux athlètes français de saluer les dirigeants de ce régime fasciste comme en 1936 ?

Qui va financer cette mascarade olympique de la délégation française, qui va partir pour ne rapporter que d'éventuelles médailles, qui ne serviront à rien ?
(sauf, peut être pour la gloire personnelle de quelques sportifs, qui feront semblant de dénoncer le régime politique après les J.O.)

    Si la vraie France est celle de la résistance, alors je résisterai. Je ne m'enfoncerai pas dans l'hypocrisie économique que vous prônez, en allant faire des excuses que je refuse de faire.

    Pour la mémoire de celles et ceux qui ont perdus leurs vies pour nous délivrer de la dictature nazi, je refuse d'adhérer à la France que vous commercialisez. Je suis de la France de la résistance, celle qui refuse la dictature chinoise sur le peuple tibétain, et même sur le peuple chinois.

    Il est paradoxal de constater que vous fustigez le gouvernement de Vichy et sa collaboration, tout en collaborant avec le régime de Pékin.

Bob.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Artémis 16/05/2008 12:04

La bienvenue à votre blog dans la communauté Parlons franchement.