CONNAISSEZ VOUS SMITHFIELD ?

Publié le par Bob




Smithfield est une société américaine. Elle produit surtout de la viande de porc, mais aussi de boeuf et de poulet.


Bah, me direz-vous, rien que du très banal, hélas . En France on fait la même chose... Oui, enfin presque. Pourtant dans les Côtes d’Armor, département qui recense plus de 2 millions de cochons (soit 4 par habitant), on connait fort bien les problèmes catastrophiques dûs à l'épandage de lisier : pollution de la quasi totalité des cours d'eau, eau du robinet surchargée de nitrates et imbuvable, algues vertes sur les plages, sans compter l'odeur infecte que l'on sent à des centaines de mètres à la ronde du côté de Lamballe ou de Loudéac.
Il y a aussi des tricheurs, qui pour contourner la limitation de taille imposée par la législation, construisent un second bâtiment à 20 cm du premier !

Pourtant les éleveurs bretons sont des enfants de choeur à côté des amerloques.

Alors que les élevages bretons les plus gros comptent en dizaines de milliers de têtes, Chez Smithfield, un élevage en Utah ou en Caroline du Nord peut concentrer 500 000 cochons ! Ils en ont ainsi tué à eux seuls 27 millions en 2005, plus du quart de la production américaine ! Juste pour info 7.6 milliards de poulets (aux hormones et à l'eau de javel) ont été abattus dans la même période aux Etats Unis.

Un cochon produit 3 fois plus de déjections qu'un être humain normal. donc les 500 000 cochons d'un seul élevage en rejettent autant que tout le quartier de Manhattan ! Sauf que les infrastructures de traitement des eaux usées ne sont pas tout à fait les mêmes.

Les pauvres bêtes sont parquées dans des boxes dont elles ne peuvent bouger. Ca leur évite de s'écraser les uns les autres ou de se bouffer. D'ailleurs, pour en être sûr, on leur arrache les dents et on leur coupe la queue, sans anesthésie, ça va de soi. Elles n'ont même pas le bonheur éphémère de se reproduire normalement, puisqu'elles ne viennent dans ce monde impitoyable que par insémination artificielle.

Les cochons sont piqués aux antibiotiques et aspergés d'insecticides pour éviter les maladies contagieuses qui ne manquent pas de proliférer dans un tel environnement. Ils sont dopés par des substances qui leur permettraient de grimper l'Alpe d'Huez plus vite qu'Armstrong. Ils sont bien évidemment nourris au maïs OGM qui pousse grâce aux engrais pétroliers et aux pesticides. La chaleur est épouvantable, et nombre d'entre eux meurent asphyxiés dans cet air irrespirable.Bref l'ENFER pour ces animaux pour leur bref passage sur terre
Point de paille au sol, mais du caillebotis (un sol métallique avec des trous dedans). Les déjections tombent dans un bac avant d'être évacuées par un pipeline.

Vu les quantités de déchets produites (26 millions de tonnes pour Smithfield en 2005), il va de soi que l'épandage dans les champs environnants ne suffit pas ! Amis de la poésie, vous allez être gâtés : savez vous ce qu'est un lagon ? Non non, pas ces eaux bleues magnifiques à l'intérieur des atolls du Pacifique Non, pour Smithfield (good food, responsibly je le rappelle), un lagon c'est une fosse, de 100 mètres sur 100 mètres (plus que la superficie de 2 terrains de foot, donc), creusée jusqu'à 9 mètres de profondeur. Si on aime avoir le vertige, on peut s'amuser à en calculer la contenance : un litre fait un dm3, donc la fosse contient 1000*1000*90 = 90 millions de litres. Cest déjà un beau lagon !
Et ce lagon sert de réservoir aux fameuses déjections des cochons. Merde, pisse, mais pas seulement : on y jette aussi des cadavres et du sang. Ce qui, vu de dessus leur donne une belle couleur rose !

Ceux qui ont senti cette odeur qui imprègne tout à des kilomètres à la ronde ne peuvent paraît-il pas l'oublier, c'est la pire infection que l'on puisse imaginer sur terre. Pour aller encore plus loin dans l'horreur, sachez que si vous avez le malheur de toucher cette substance, votre peau sera brûlée !!! Il faut tout de même signaler que de nombreuses victimes humaines, ont été asphyxiées ou carrément noyées dans cette fange !

Et quand le lagon est plein ? Vu qu'on ne peut rien en faire et que les cochons assurent une production continue, on en creuse un autre un peu plus loin !

Même s'il s'agit d'un déchet naturel, la quantité et les conditions de stockage n'ont quant à eux rien de naturel. Cette saloperie, dans laquelle grouillent plus de 100 variétés de bactéries (chaque gramme contient 100 millions de coliformes fécaux !), est en fait un poison violent pour l'environnement, et son niveau de toxicité l'apparenterait plutôt à des déchets nucléaires. Entre le lagon et les gaz qui s'en dégagent, on relève en effet de l'ammoniac, du méthane, du sulfure d'hydrogène, du monoxyde de carbone, du cyanure, du phosphore, les fameux nitrates et même des métaux lourds! Le tout clapotant à l'air libre.

Le fond du lagon est un espèce de liner, comme dans une piscine. Il arrive qu'il se déchire. la saloperie s'écoule dessous, passe dans le sol, commence à fermenter, avant parfois d'exploser violemment sous la pression.

Comme il est facile de le comprendre ces insanités, en plus d'être de véritables non-sens, sont des désastres environnementaux.
En 1995, la digue d'un de ces lagons (ce n’était pas Smithfield, pour le coup, mais un concurrent) en Caroline du Nord, s'est rompue, déversant son horreur dans la New River : des millions de poissons sont morts, la rivière elle-même est morte. Même si elle a curieusement eu moins de retentissement, l'ampleur de cette catastrophe a été considérée par les américains comme 2 fois plus importante que celle du pétrolier Exxon Valdez en Alaska !
Rien de moins donc que la plus grave catastrophe environnementale de l'histoire des Etats Unis.

Cadeau pour l'exploitant du lagon, qui a donc pu recommencer à le remplir sans en creuser un autre !!!

En 1999 l'ouragan Floyd toujours en Caroline du Nord, a provoqué des inondations gigantesques, qui ont recouvert plusieurs lagons de Smithfield (Commited to corporate social responsibility, je le rappelle) , dispersant leur contenu sur des kilomètres, et détruisant ainsi une demi douzaine de cours d'eau puisque 10 ans plus tard, ils sont toujours pollués !

Evidemment il arrive que Smithfield soit condamné à des amendes pour pollution, mais elles sont ridicules rapportées aux bénéfices de ce groupe monstrueux.

Smithfield foods était jusqu'à il y a quelques années une société purement américaine. Mais Smithfield a décidé de se développer en Europe, en s'installant dans les pays où la main d'oeuvre est docile et bon marché (Pologne et Roumanie principalement).

Exportant son "savoir faire", Smithfield a rapidement éliminé les petits producteurs polonais, et a mis en place dans ce pays ses premiers lagons. Dès 2003, un accident s'est produit, le contenu d'un lagon gelé s'est mélangé au réseau local , l'eau du robinet prenant une belle couleur brune, et un gamin est tombé gravement malade après s'être baigné dans le lac voisin… (regardez à nouveau la photo, issue du site de Smithfield, et goûtez-en toute la saveur)

Puis, fin 2007, Smithfield a racheté à un autre requin, Sara Lee, le groupe Aoste, ces gros malins qui jouent sur les mots en faisant croire que leur jambon industriel provient de l'artisanat italien, alors qu'en fait l'usine se trouvait originellement à Aoste, en Isère. Smithfield est ainsi devenu propriétaire des marques Justin Bridou, Cochonou, Jean Caby (dont le slogan est Bon appétit !) et Weight Watchers (on ne rit surtout pas).

Il va de soi que ces marques, qui nous envahissent de pub télé, vendaient déjà des saletés industrielles grasses et trafiquées à l'aide d'additifs chimiques (comme le sel nitrité, l'ami du cancer de la prostate). Maintenant qu'elles sont dans les mains de l'amerloque, le pire est à craindre !

Et vive le libéralisme !

On mange quoi, à midi ?

[Si vous souhaitez en savoir plus sur la bouffe américaine (et donc sur la nôtre), et perdre vos dernières illusions sur les méthodes de l'industrie agroalimentaire et le contenu de votre assiette, la lecture du livre du journaliste franco-américain William Reymond Toxic , disponible en format de poche pour quelques euros.

Qu'en pensez-vous ? Est-ce que ça ne serait pas une initiative de salut public de tirer chacun quelques copies et de les distribuer sur le pare-brise des voitures stationnant devant les hypermarchés ?

Texte intégrale de Mayla.

Faites diffuser autant que vous le pouvez. Décidément, on peut plus rien manger sans être pollué. Et en plus c'est de la merde que l'on mange.

Publié dans Environnement

Commenter cet article