Zimbabwe : Elections, chronique d'une mort annoncée

Publié le par Bob

Zimbabwe, élection de la terreur

Mai 2008

5 mai 2008, Morgan Tsvangirai, chef de file de l'opposition a officiellement remporté les élections législatives du 29 mars 2008 mais il n'a pas obtenu la majorité absolu à la présidentielle. Un second devra être organisée. Robert Mugabe : 43,2% des voix - Morgan Tsvangirai : 47,9%.

Source : Afrik.com - Hanan Ben Rhouma
Zimbabwe : vers un règlement de la crise électorale ?

9 mai, le retour des vétérans. Ils viennent à la rescousse de Robert Mugabe. Ce qui plonge le Zimbabwe dans une grave crise sociale. Les vétérans de la guerre de libération devraient apporter un soutien inconditionnel à leur leader.

Source : Afrik.com - Falila Gbadamassi
Zimbabwe : les vétérans, le bouclier de Robert Mugabe

10 mai 2008,  Morgan Tsvangirai annonce que l'opposition participera au second tour des élections, malgré les risques de fraudes.

Source : Afik.com - Panapress
Zimbabwe : l'opposition participera au second tour de l'élection présidentielle

16 mai 2008, L'opposition juge la date du second tour "illégal". La date a été fixée au 27 juin 2008 au lieu du 23 mai, soit 5 semaines après le premier tour. pendant ce temps les violences se multiplies et 40 militants du MDC ont été tués.

Source : Afrik.com - Hanan Ben Rhouma
Zimbabwe : l'opposition hostile à la date fixée pour le second tour de la présidentielle

22 mai 2008, Si on ajoute les violences xénophobes en Afrique du Sud contre les étrangers, accusés d'êtres responsables du chômage en Afrique du Sud, parmi eux beaucoup de ressortissants du Zimbabwe (pays voisins) qui ont fuient la récession économique (pour certains, 8 ans d'exil). La situation ne va pas en s'améliorant.

Source : Afrik.com par Falila Gbadamassi
Afrique du Sud : l'armée au secours des étrangers

25 mai 2008, Le Mozambique et le Zimbabwe entament le rapatriement "volontaire" de leurs ressortissants. Pour les ressortissants du Zimbabwe, entre 800 000 et 3 millions seraient en Afrique du Sud.

Source : Afrik.com - partenaire IRIN (Agence de presse des Nations Unies).
Des pays africains rapatrient leurs ressortissants d'Afrique du Sud

Je doute que certains d'entre veuillent rentrés même si les risques xénophobes existent car les risques politiques actuelles au Zimbabwe ne garantissent pas la sécurité des opposants.

Le 26 mai 2008, on craignait des violences post-électorales avec des risques de guerres civiles, selon les associations de défenses des droits humains.

De plus, la transition du Zimbabwe vers la démocratie a été prise en otages, selon un rapport publié le 21 mai 2008 par l'International Crisis Group (ICG), une cellule de réflexion implantée à Bruxelles.

Source : Afrik.com - partenaire IRIN (Agence de presse des Nations Unies).
Zimbabwe : Crainte de coup d'Etat, de loi martiale, ou même de guerre.

Je me demande à quoi sert l'ICG, à part réfléchir et faire des rapports qui ne mènent à rien. Comme la majorité des groupes dit "de réflexion".

Toujours le 26 mai, Morgan Tsvangirai revient d'Afrique du Sud malgré les menaces de mort qui pèsent sur lui. Le leader du Mouvement pour le Changement Démocratique (MDC) assure se sentir en sécurité.

Source :Afrik.com - Hanan Ben Rhouma
Mugabe-Tsvangirai : campagne de second tour explosive au Zimbabwe

La sécurité c'est comme la liberté, encore de l'utopie.

Bob

Publié dans Afrique... Zimbabwe

Commenter cet article

Souleymane DIEYE 19/07/2008 10:12

Tant qu'on le laissera faire, ce tyran se considèrera comme un Président à vie et, malheureusement, il est loin d'être un cas isolé!